Was braucht es um... das Seven Serpents zu gewinnen? Ein Interview mit dem Ultradistanz-Nachwuchstalent Justinas Leveika

Qu'est-ce qu'il faut pour... gagner les Seven Serpents ? Un entretien avec la jeune promesse de l'ultra-distance Justinas Leveika

14/07/2023

Le Lituanien Justinas Leveika, 34 ans, qui dirige principalement une maison de retraite en Norvège, fait des vagues sur la scène de l'ultra-cyclisme depuis un peu plus d'un an. En participant à ses premières courses non assistées, il a presque exclusivement remporté des victoires et des podiums, par exemple lors du Transpyrénées, du Tour du Rwanda, du Dales Divide, de l'Atlas Mountain Race ou des Seven Serpents. Il vient tout juste de décrocher une deuxième place dans le célèbre Tour Divide. On pourrait dire que c'est un talent naturel de l'ultra-cyclisme. Comment fonctionne-t-il et qu'est-ce qui le caractérise ? Comment se prépare-t-il et à quoi fait-il attention pour son équipement ? Nous avons interviewé Justinas après sa victoire aux Seven Serpents.


Comment fonctionne-t-il et qu'est-ce qui le caractérise ? Comment se prépare-t-il et à quoi fait-il attention pour son équipement ? Nous avons interviewé Justinas après sa victoire aux Seven Serpents.


 


Qu'as-tu traversé pendant les Seven Serpents ? Y a-t-il une anecdote que tu racontes à tous ceux qui te le demandent ?

Je dis toujours : les gens devraient arrêter d'apporter un couteau à un combat de fusil. Ce que je veux dire : un vélo de gravel est déplacé dans une course de VTT. Malheureusement, sous-estimer le terrain est très répandu. À mon avis, cette erreur fait que tant de personnes doivent abandonner prématurément. Cette année, les Seven Serpents étaient particulièrement fous à cause de la météo. Je n'ai pas enlevé mes vêtements de pluie une seule fois pendant les 24 premières heures. En revanche, je n'ai pas eu de coup de soleil cette fois-ci. Ma participation était aussi une sorte de ballon d'essai pour le Tour Divide. Disons que c'était mon plus long entraînement en préparation. Pour vérifier l'équipement et ma forme avant de me lancer dans cette toute nouvelle dimension (le Tour Divide fait plus de 4400 km et est plus long que tout ce que Justinas a fait auparavant, voir aussi notre blog sur Ulrich "Uba" Bartholmös).


Comment es-tu venu à l'ultra-cyclisme ? Quels sports as-tu pratiqués auparavant ?

J'ai joué au football pendant de nombreuses années, mais dès l'enfance, j'avais énormément d'énergie en moi, donc ma mère me laissait simplement essayer tous les sports que je voulais. Cela a commencé avec l'athlétisme, puis il y a eu plusieurs années de natation et de handball. Finalement, je suis resté assez longtemps au football et j'ai même joué semi-professionnellement. L'ultra-cyclisme est arrivé dans ma vie pendant la pandémie. Faire du vélo était l'activité idéale en plein air entre mes quarts de travail en tant qu'infirmier. Pendant mes vacances et mes jours de congé, je faisais aussi du vélo en sacoche, car c'était un excellent moyen de voir plus de la Norvège sans enfreindre les règles de distanciation. Ensuite, à un moment donné, je voulais voir sur quelle distance je pouvais rouler en 24 heures. Alors j'ai planifié un itinéraire et je suis parti - j'ai réussi à parcourir 700 km. Après cette performance, la prochaine étape ne pouvait être que de participer à une course ultra, et me voilà soudainement au départ du Transpyrénées en juin 2021, ma première course ultra officielle.


 



Comment te prépares-tu pour un tel événement ? Ou : peut-on vraiment s'y préparer ?

Je ne pense pas qu'il y ait une recette miracle. Bien sûr, il est évident qu'il faut être en forme pour de telles courses. Et j'avoue que je m'entraîne aussi beaucoup. L'année dernière, y compris les courses, j'ai fait 1100 heures de vélo. Mais avoir un mental d'acier est aussi très important dans ce sport. La devise d'un de mes amis résume bien la situation : "Commence avec tes jambes, termine avec ta tête".


Pourquoi as-tu choisi l'éclairage SUPERNOVA ? Qu'est-ce qui te plaît particulièrement dans le B54, le DY PRO et l’Airstream ?

Je voulais un éclairage fiable et durable - SUPERNOVA était donc le choix parfait ! Car : moins on doit se soucier de son équipement, plus on peut rouler vite ;-) L’AIRSTREAM est tout simplement un super polyvalent. Je l'utilise principalement pour les courses sur route, car son angle de diffusion est un peu plus concentré et il peut se recharger en roulant, ce qui est possible avec très peu d'autres projecteurs. J’associe le projecteur à batterie B54 à une lumière très large et à une autonomie incroyable allant jusqu'à 50h. Le DY PRO est en quelque sorte une source de lumière "éternelle", si on veut. Une fois que vous avez terminé l'installation, vous n'avez vraiment besoin de rien d'autre. C'est idéal pour les très longues distances.


Encore une fois, de manière plus spécifique : quand utilises-tu l’éclairage à batterie, quand l’éclairage à dynamo ? 

Je fais une distinction approximative entre : batterie pour les courses et dynamo pour les randonnées. Cependant, je dois repenser cette stratégie encore et encore. Certaines courses vous demandent beaucoup plus que d'autres, tout simplement parce qu'elles sont méga longues. Une telle course (le Tour Divide, ndlr SUPERNOVA) arrive bientôt. Pour cela, l'éclairage à dynamo est probablement plus approprié en tant que solution clé en main.



Quelle course veux-tu encore gagner ? De quelles autres aventures rêves-tu ?

Oh, il y a trop de courses que je pourrais encore faire. Même si cela peut sembler étrange, il ne s'agit pas pour moi de gagner la course contre les autres coureurs. Souvent, jusqu'à la toute fin, je ne regarde même pas le tracker. Il s'agit plutôt de gagner contre moi-même et de repousser mes propres limites. Et des endroits que de telles aventures me font découvrir. Je rêve de partir un jour